• Laura Laune
    Le diable est une gentille petite fille

    Les 6, 7 et 8 juin au Théâtre de l'île - INTERDIT AU MOINS DE 16 ANS

    Portrait de l'artiste


    5 juillet 1986. Laura Laune naît à Saint-Ghislain en Belgique, d’un père médecin et d’une mère au foyer, mais plus dans le foyer des autres. Déjà très jeune, ils se rendirent compte que Laura avait un véritable talent : le pouvoir de faire apparaître de la neige ou de la glace d’un simple geste de la main. Cette anecdote inspirera le film d’animation des studios Disney : « La reine des neiges ».

     

    Janvier 2013. Laura Laune présente pour la première fois un extrait de son one woman show : « Seule sur scène mais pas dans sa tête ». Au même moment, un tremblement de terre d'une magnitude de 6,7 sur l'échelle de Richter secoue le centre du Chili. Aujourd’hui encore, personne n’a prouvé que ces deux événements n’étaient pas liés.

     

    Mai 2014. Alors qu’elle sillonne joyeusement les festivals d’humour de France et de Navarre d’où elle revient toujours décorée de multiples récompenses, Laura Laune croise soudainement la route d’une créature étrange surnommée « Jérémy Ferrari ». La légende dit que pour le punir, une vieille dame l’aurait un jour transformé en une bête sauvage effrayante et méchante que personne n’osait approcher, et que seule une collaboration artistique avec une jeune fille innocente et talentueuse pourrait rompre le sort. Laura Laune accepta alors que Jérémy Ferrari devienne son producteur, mais il s’avéra que la légende était fausse : aucun sort ne lui avait été jeté, c’était juste un gros fils de pute.

     

    14 décembre 2017. Laura Laune remporte la 12ème édition de « La France a un incroyable talent ». Elle vécut heureuse et eut beaucoup d’enfants, dont elle avorta car sa carrière commençait et qu’elle avait quand-même vraiment beaucoup de boulot.

     

    Pour découvrir l'intégralité de sa biographie hilarante, c'est par ici ► Laura Laune

    Le diable est une gentille petite fille

    Spectacle - 1h15

    Aujourd’hui, les sites de réservation offrent de plus en plus l’opportunité aux spectateurs de donner leur avis sur les artistes qu’ils sont allés voir. A contrario, les artistes, eux, n’ont jamais l’occasion de donner leur avis sur les spectateurs qui sont venus les voir. Dès lors, plutôt que de vous imposer un pitch de spectacle qui ne sera ni objectif ni convaincant, je préfère user de cet espace de liberté pour vous donner mon avis sur Stéphane et Sylvie, qui ont assisté à mon spectacle samedi dernier :

     

    Note attribuée à Stéphane et Sylvie :
    4/10 - "Bien mais sans plus"

    Je ne les connaissais pas du tout avant d’entrer sur scène, je venais donc sans a priori, mais malgré une maîtrise évidente de leur rôle de spectateur (on sent qu’ils n’en sont pas à leur premier spectacle), j’avoue avoir eu du mal à entrer dans leur univers. Leurs rires sont irréguliers, inégaux dans la durée du spectacle, et on sent la plupart du temps que Stéphane est dans une sorte de mimétisme vis-à-vis des réactions de Sylvie. Je trouve qu’ils tombent assez vite dans le surjeu, notamment sur toute la partie concernant le djihad, où les cris offusqués de Sylvie étaient un peu exagérés à mon sens. D’un point de vue justesse et générosité, on est loin de la performance de Marc et Bénédicte que j’ai eu la chance d’accueillir il y a deux semaines. On sent un manque de maturité global sur l’ensemble du show (rires nerveux sur la plupart des vannes concernant la sodomie), mais je note quand même une belle sincérité au niveau des applaudissements. Je ne pense pas qu’ils passeront un jour à la télé, mais j’espère les revoir dans quelques années, pourquoi pas dans une salle plus grande, comme ça ils seront plus loin.

     

     

    Les 6 et 7 juin à 20h

    Le 8 juin à 18h

    Au Théâtre de l'île